«Quand je vous aimerai? Ma foi, je ne sais pas»

– Quand je vous aimerai?
Ma foi, je ne sais pas,
Peut-être jamais, peut-être demain
Mais pas aujourd’hui, c’est certain

L’amour est un oiseau rebelle
Que nul ne peut apprivoiser,
Et c’est bien en vain qu’on l’appelle,
S’il lui convient de refuser
Rien n’y fait, menace ou prière,
L’un parle bien, l’autre se tait:
Et c’est l’autre que je préfère,
Il n’a rien dit mais il me plaît
L’amour! L’amour! L’amour! L’amour!

L’amour est enfant de Bohème,
Il n’a jamais, jamais connu de loi;
Si tu ne m’aimes pas, je t’aime:
Si je t’aime, prends garde à toi!
Si tu ne m’aimes pas,
Si tu ne m’aimes pas, je t’aime!
Mais, si je t’aime,
Si je t’aime, prends garde à toi!
Si tu ne m’aimes pas,
Si tu ne m’aimes pas, je t’aime!
Mais, si je t’aime,
Si je t’aime, prends garde à toi!

L’oiseau que tu croyais surprendre
Battit de l’aile et s’envola
L’amour est loin, tu peux l’attendre;
Tu ne l’attends plus, il est là!
Tout autour de toi, vite, vite,
Il vient, s’en va, puis il revient
Tu crois le tenir, il t’évite,
Tu crois l’éviter, il te tient
L’amour! L’amour! L’amour! L’amour!

L’amour est enfant de Bohème,
Il n’a jamais, jamais connu de loi;
Si tu ne m’aimes pas, je t’aime:
Si je t’aime, prends garde à toi!

Georges Bizet, Carmen